Information du : 18/10/2019

De cendres et de braises

Chercheuse en sciences sociales et cinéaste, Manon Ott vient de sortir un documentaire magistral, De cendres et de braises. Fruit d'un travail d'immersion d'une dizaine d'années dans les cités des Mureaux, le film est un portrait poétique et politique d'une banlieue en mutation. Un travail plastique et social de premier ordre que l'on prolongera du 8 au 10 décembre d'une série de rencontres avec la cinéaste et son collaborateur Grégory Cohen.

" C’est une histoire de rencontres qui remonte à près de dix ans. Depuis longtemps, je partageais avec Grégory Cohen, mon compagnon, également cinéaste et chercheur, le projet de mener un travail de recherche approfondi dans des quartiers populaires de la région parisienne pour y fabriquer des films avec leurs habitants : des films qui replaceraient en leur centre la parole et les histoires de ces derniers. J’avais aussi l’envie de revisiter l’histoire ouvrière de ces territoires aujourd’hui en pleine mutation, de voir ce qui change, comment on y vit, comment s’y engage la jeunesse actuelle,...

Mais pour avoir déjà travaillé dans différents quartiers, nous savions qu’un tel projet nécessiterait du temps. D’abord parce que saisir l’histoire de ces territoires n’est pas si simple, mais aussi parce qu’y nouer des liens de confiance, d’amitiés aussi, ne se fait pas du jour au lendemain. Sans compter que ce sont des espaces où il peut être compliqué de filmer. Pour mener ce projet, nous savions que nous avions besoin non pas de quelques mois, mais probablement de plusieurs années. Venant tous deux d’un double parcours de recherche en sciences sociales et de réalisation de films, nous avons saisi la possibilité de réaliser chacun une recherche à l’Université d’Evry pour nous donner ce temps. C’était en 2010.

Nous avons obtenu un financement qui, dans un premier temps, allait nous permettre de consacrer trois années à cette enquête de terrain pour préparer et écrire ces films. À cette même période, nous avons découvert l’histoire des cités HLM de la ville des Mureaux, dans les Yvelines. Ces cités ont été construites dans les années 1960 pour loger les ouvriers de l’usine voisine Renault-Flins. La célèbre usine d’automobiles a compté jusqu’à 23 000 ouvriers dans les années 1970. Aujourd’hui, elle n’en compte plus que 4 000, dont une bonne part d’intérimaires. Mais avant cette désindustrialisation, c’est un territoire, riche de son histoire ouvrière, qui fut aussi traversé par d’importantes luttes sociales. Pendant mes recherches, j’ai réuni de nombreuses archives et découvert le film Oser lutter, oser vaincre, Flins 68" de Jean-Pierre Thorn, tourné en 1968 pendant l’occupation de l’usine par les ouvriers. Toute cette histoire ouvrière, singulière et emblématique à la fois, qui croisait aussi l’histoire de l’immigration et celle de l’urbanisation, m’a beaucoup intéressée. En même temps, en nous rendant aux Mureaux, nous découvrons un territoire en pleine mutation et des cités HLM en cours de rénovation urbaine.

Je me demandais alors : comment vit-on aujourd’hui dans ces anciennes banlieues ouvrières ? Comment les nouvelles générations voient-elles cette histoire ? Des luttes sociales du passé à la précarité actuelle, que reste-t-il de ce monde ouvrier ? Qu’est-ce qui se réinvente derrière les décombres des démolitions actuelles des tours et des barres de ces cités, mais aussi dans les cendres du mouvement ouvrier ? De quelles ruptures mais aussi de quelles continuités l’histoire de ces banlieues est-elle tissée ? Pour enquêter sur cette histoire, nous avons commencé à nous rendre régulièrement aux Mureaux. Et, très vite, ce sont des rencontres avec des habitants qui nous ont donné envie d’y rester..."

- Manon Ott, extrait du dossier de presse

En donnant la parole à une diversité d’habitants, Manon Ott montre une banlieue poétique, remarquablement esthétique et politique. (aVoir-aLire.com)

Une oeuvre d'une brûlante actualité. (Positif)

Un poème politique et poétique où couve le feu de la révolte. (Télérama)

Au-delà de la perspective historique, la réussite du film tient au regard qu’il pose sur la banlieue. La photographie d’un noir et blanc lustré, la primauté donnée aux ambiances nocturnes, les volutes rêveuses d’un free jazz en guise de bandeson restituent à cette forme d’urbanisme une épaisseur. (Le Monde)

Le film fait le constat amer d’un état de stagnation et d’une promesse, cette invisible ascension sociale, bafouée (...) Il déploie un dispositif rigoureux et transforme ce terreau d’histoires (petite et grande) en une contrée onirique. (Les Inrockuptibles)

DE CENDRES ET DE BRAISES

Un documentaire de Manon Ott
France - 2019 - 1h13

L'INVITEE :
MANON OTT

Cinéaste ainsi que chercheuse en sciences sociales et en cinéma, née en 1982, Manon Ott vit et travaille à Paris. En parallèle de ses projets artistiques et de recherche, elle enseigne la photographie, le cinéma et les sciences sociales (sociologie/anthropologie visuelle) à l’Université.

Elle est l'auteure de plusieurs films (Yu, Narmada...) diffusés dans de nombreux festivals en France et à l’étranger, ainsi que de plusieurs livres de textes et de photographies (dont "De cendres et de braises, Voix et histoires d’une banlieue populaire" aux éditions Anamosa). Elle est également membre de plusieurs collectifs ou revues de cinéma, dont l’ETNA, un atelier de cinéma expérimental, ou encore la Revue Documentaires.

Depuis 2010, elle travaille avec les habitants des quartiers HLM de la ville des Mureaux en région parisienne, où elle a aussi habité. Elle y réalise avec eux De cendres et de braises et a collaboré au film La Cour des murmures (2017) de Grégory Cohen.

LES RENCONTRES