Information du : 27/08/2018

Cycle répertoire Ingmar Bergman

On démarre la nouvelle saison répertoire Cinéphare 2018/2019 avec un premier cycle consacré à Ingmar Bergman, centenaire de sa naissance oblige. Quatre films pour parcourir la diversité, la modernité d'une des plus grandes oeuvres du XXème siècle.

Cent ans après sa naissance le 14 juillet 1918, Ingmar Bergman demeure aujourd'hui encore l'un des plus grands cinéastes de l'histoire du 7ème art. Auteur d'une soixantaine de films entre 1946 et 1982, la variété de ses univers et de ses propositions ne peut que nous faire survoler avec ce cycle une oeuvre qui n'a cessé d'évoluer au fil des années. Nous avons donc choisi quatre films emblématiques : Monika qui faisait dire à Godard en 1958 qu'il s'agissait du « film le plus original du plus original des cinéastes » ; Sourires d'une nuit d'été, vaudeville comique contenant pour Jacques Lourcelles « l'un des plus beaux quatuors d'actrices de l'histoire du cinéma » ; Persona, son film le plus expérimental, véritable renaissance pour le cinéaste qui pensait alors être à la fin de sa carrière et enfin Fanny et Alexandre, son « film testament » où ses thèmes et obsessions prennent corps dans une fresque romanesque magistrale et où il retrouve son actrice de Monika, Harriet Anderson.

MONIKA (1953)

Livreur de boutique vivant seul avec un père veuf, Harry rencontre Monika, adolescente de deux ans sa cadette. Elle abandonne sa famille nombreuse, lui son poste de sous-fifre, et ils naviguent vers l’archipel suédois pour un été d’aventure.

«?Monika est le film le plus original du plus original des cinéastes. C’est au cinéma d’aujourd’hui ce que Naissance d’une nation est au cinéma classique. En effet, Monika, c’est déjà Et Dieu… créa la femme mais aussi de façon géniale, sans une faute, sans un accroc, d’une lucidité totale tant en ce qui concerne la construction dramatique et morale que sa mise en valeur, autrement dit, la mise en scène. Aimer à loisir, aimer à mourir. Monika est le premier film baudelairien.?»
- Jean-Luc Godard, Arts, 30?juillet 1958

SOURIRES D'UNE NUIT D'ETE (1955)

Des vertus d’une réunion à la campagne, qui sous l’effet d’un breuvage magique et de la détermination de deux femmes, réajuste époux, amis et amants tels qu’ils devraient être...

«?Sourires d’une nuit d’été fut objectivement le meilleur film présenté à Cannes, c’est-à-dire le plus complet, le plus intelligent et en même temps le plus divertissant à voir. Sourires d’une nuit d’été qu’on jurerait adapté d’une excellente comédie rose et noire où il y aurait tout à la fois de Marivaux, de Strindberg et d’Anouilh est en réalité tout entier écrit par Bergman. Poésie et érotisme, humour et mélancolie, grâce des images, admirable direction des acteurs, tout concourt à faire de Sourires d’une nuit d’été, sorte de Règle du jeu suédoise, une manière de chef-d’œuvre.?»
- Jacques Doniol-Valcroze, Cahiers du cinéma, juin?1956

PERSONA (1966)

L’actrice Elisabet Vogler, alors qu’elle est sur scène à interpréter Electre, se retrouve d’un seul coup sans voix. Son mutisme se poursuit après l’incident. Après un séjour à l’hôpital, elle part en compagnie de son infirmière Alma se reposer dans sa demeure de l’île de Fårö.

«?Pour faire un film admirable avec d’aussi sombres pensées, il faut être Bergman. Car Persona est un film admirable. Il y a quelque chose de magique dans les images de ce film, dans cette clarté recouvrant un monde de ténèbres, dans la beauté silencieuse de certains plans où les deux femmes sont réunies et mystérieusement confondues, dans l’incroyable aisance avec laquelle le réalisateur exprime l’ineffable, dans le dépouillement, le parfait naturel, la respiration d’une mise en scène, dans la performance enfin des deux comédiennes transfigurées par leur rôle. Oui, sans doute, le plus beau film d’Ingmar Bergman.?»
- Jean de Baroncelli, Le Monde, 7?juillet 1967

FANNY ET ALEXANDRE (1982)

Suède, 1907. Dans le théâtre dirigé par Oscar Ekdahl se joue la pièce annuelle des fêtes de Noël. Dans la demeure d’Helena, la mère d’Oscar, célèbre actrice désormais à la retraite, les préparatifs du banquet familial vont bon train sous les directives de Gustav-Adolf, son deuxième fils. Alexandre, le fils d’Oscar, guette dans les salons encore déserts l’heure où les objets s’animent...

«?Aujourd’hui plus que jamais, ce conte unique, rayonnant, miroitant, se révèle un phare. Ce phare éclaire l’œuvre d’Ingmar Bergman d’une sorte de feu intérieur qui fait que, sans ce seul film a priori à part, l’œuvre du cinéaste n’aurait pas la même dimension, la même chaleur?: il semble être son cœur. Cette ode exceptionnellement généreuse à l’enfance de l’art et aux puissances du désir, du rêve et de l’imagination, est aussi un film de rêve, qui épouse l’enchâssement des rêves.?»
- Florent Guézengar, Cahiers du cinéma, décembre?2013

CYCLE INGMAR BERGMAN

De Septembre à décembre dans 21 salles du réseau

MONIKA

Gourin, Jeanne d'Arc – sem du 5 sept

Questembert, L'Iris – 16 et 18 sept

Moëlan, Le Kerfany – 11 sept

Etel, La Rivière – semaine du 12 sept

Guéméné, Ciné Roch – 13 sept

Redon, Cinémanivel – 13,16 et 17 sept

Plestin les Grèves, Le Douron- 14 et 17 sept

Douarnenez, Le Club - sem du 19 sept

Huelgoat, Arthus– 19 et 23 sept

Morlaix, La Salamandre- 25 sept

Nivillac, La Couronne – 27 et 30 sept

Saint Malo, Le Vauban II – sept

Quimperlé, La Bobine – 1er oct

Penmarc'h, Eckmühl – 5 et 8 oct

Callac, L'Argoat – 07 oct

Plougonvelin, Le Dauphin – 9 oct

Plougastel Daoulas, L'Image- à dater

St Renan, Le Bretagne- à dater

SOURIRES D'UNE NUIT D'ETE

Moëlan, Le Kerfany – 2 oct

Gourin, Jeanne d'Arc – sem du 3 oct

Carhaix, Le Grand Bleu – 5 et 6 oct

Callac, L'Argoat – 07 oct

Douarnenez, Le Club - 10 oct

Redon, Cinémanivel – 11, 14 et 15 oct

Questembert, L'Iris – 14 et 16 oct

Huelgoat, Arthus – 17 et 21 oct

Guéméné, Ciné Roch – 18 oct

Plestin les Grèves, Le Douron - 19 et 22 oct

Etel, La Rivière – semaine du 23 oct

Nivillac, La Couronne - 25 et 28 oct

Morlaix, La Salamandre - 30 oct

Penmarc'h, Eckmühl – oct

Saint Malo, Le Vauban II – oct

Plougonvelin, Le Dauphin – 6 nov

Quimperlé, La Bobine – 14 nov

Le Palais, Le Rex – 13 nov

Plougastel Daoulas, L'Image - à dater

Saint Renan, Le Bretagne - à dater

PERSONA

Carantec, L'Etoile – 19 sept

Questembert, L'Iris – 4 et 6 nov

Le Palais, Le Rex – 5 nov

Moëlan, Le Kerfany – 6 nov

Gourin, Jeanne d'Arc – sem du 7 nov

Redon, Cinémanivel – 8, 11 et 12 nov

Carhaix, Le Grand Bleu – 9 et 10 nov

Guéméné, Ciné Roch – sem du 14 nov

Huelgoat, Arthus - 14 et 18 nov

Etel, La Rivière – semaine du 20 nov

Nivillac, La Couronne – 22 et 25 nov

Morlaix, La Salamandre - 27 nov

Penmarc'h, Eckmühl - nov

Saint Malo, Le Vauban II – nov

Quimperlé, La Bobine – 3 déc

Plougonvelin, Le Dauphin – 4 déc

Plestin les Grèves, Le Douron - 9 et 12 déc

Groix, Le Korrigan - déc

Plougastel Daoulas, L'Image - à dater

Saint Renan, Le Bretagne - à dater

FANNY ET ALEXANDRE

Douarnenez, Le Club - 5 déc

Gourin, Jeanne d'Arc – sem du 5 déc

Etel, La Rivière – semaine du 5 déc

Redon, Cinémanivel – 6, 10 et 11 déc

Carhaix, Le Grand Bleu – 7 et 8 dec

Questembert, L'Iris – 9 et 11 déc

Le Palais, Le Rex – 11 déc

Plougonvelin, Le Dauphin – 11 déc

Moëlan, Le Kerfany – 11 déc

Huelgoat, Arthus – 12 et 16 déc

Guéméné, Ciné Roch – 13 déc

Morlaix, La Salamandre- 18 déc

Nivillac, La Couronne – 27 et 30 déc

Groix, Le Korrigan - déc

Callac, L'Argoat – déc

Penmarc'h, Eckmühl – déc

St Malo, Le Vauban II – déc

St Renan, Le Bretagne – déc

Carantec, L'Etoile – déc

En partenariat avec